Société

Mali : Une pénurie de kérosène à l’aéroport international de Bamako

pénurie de kérosène à l'aéroport international de Bamako
Avatar
Rédigé par La Redaction

Depuis plusieurs jours, l’aéroport international Modibo Keïta de Bamako est confronté à une pénurie de kérosène, perturbant gravement les opérations aériennes. Les avions en transit sont contraints de s’approvisionner dans les aéroports voisins, provoquant des retards et des annulations de vols, au grand désarroi des passagers et des compagnies aériennes.

L’annonce de cette Pénurie de kérosène a été faite dans une lettre du directeur général de l’agence nationale de l’aviation civile datée du 8 juillet faisant état de la « non disponibilité du carburant » pour la période allant du mardi 9 juillet au lundi 15 juillet inclus sans précision aucune sur la nature et l’étendu de la pénurie.

Les raisons de cette pénurie de kérosène à l’aéroport international de Bamako toujours méconnus

Alors que certains évoquent des problèmes d’approvisionnement liés à la crise libyenne, d’autres dénoncent des dysfonctionnements internes pour expliquer cette pénurie de kérosène à l’aéroport international de Bamako. Un floue qui n’arrange personne et plonge les voyages dans le désarroi.

Les voyageurs, eux, subissent retards et annulations de vols, tandis que les compagnies subissent, elles, des pertes financières importantes.
Il faut signaler que plusieurs compagnies aériennes, comme Ethiopian ou Turkish Airlines, ont déjà informé leurs passagers de la modification ou de l’annulation de leurs vols. L’aéroport de Bamako ne sera pas approvisionné en kérosène (Jet A1) avant lundi prochain.

Aucune information officielle n’explique la situation

Ni les autorités en charge des activités aéronautiques nationales ni le patron du département n’ont voulu se prononcer sur la situation. Même constat chez l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar Asecna, qui indique avoir été informée, mais ne pas disposer non plus d’explications officielles.
« Il y a des informations qui relèvent de la souveraineté nationale et qui ne sont pas accessibles » a développé un haut cadre de l’Asecna, concluant qu’il s’agit essentiellement de questions de gouvernance liées au transport et à la logistique.

Un travail doit être fait au niveau de l’approvisionnement

Les compagnies aériennes, quant à elles, s’inquiètent des répercussions financières et de la perte de confiance des clients. Un expert de l’agence de navigation aérienne africaine estime que les contraintes sont liées à la dégradation du contexte sécuritaire dans le pays, il confie qu’il y a du retard au niveau des approvisionnement du kérosène :

« Des convois qui prenaient cinq jours pour acheminer le kérosène à Bamako depuis certains ports de la côte prennent maintenant deux semaines parce qu’il faut des escortes militaires » a-t-il laissé entendre.

Lire aussi: Gao: Des sacs de riz saisis par la jeunesse

Des pistes de solutions envisagées par le gouvernement

Face à cette crise de Pénurie, le gouvernement malien a promis des mesures rapides et efficaces. Les autorités maliennes et les responsables de l’aéroport collaborent étroitement pour trouver des solutions à court terme, notamment en négociant des accords d’importation de kérosène avec des pays voisins.
La communauté internationale, consciente des enjeux économiques et humanitaires, suit de près l’évolution de la situation. Toutefois l’aéroport de Bamako continue de fonctionner en dépit de cette situation de pénurie de kérosène.
Cette crise de Pénurie met en lumière la nécessité de renforcer les infrastructures de transport et de diversifier les sources d’approvisionnement en carburant au Mali.
Il faut bien noter que la pénurie de kérosène à l’aéroport de Bamako constitue un défi majeur pour les autorités maliennes et les compagnies aériennes. Les efforts déployés pour résoudre cette crise doivent s’accompagner de mesures structurelles visant à prévenir de futures perturbations. Les passagers, bien que pénalisés à court terme, espèrent voir rapidement les effets positifs des actions entreprises pour stabiliser la situation.
En attendant, les autorités locales et les partenaires internationaux redoublent d’efforts pour rétablir une situation normale à l’aéroport de Bamako et assurer la continuité du trafic aérien dans des conditions optimales.

AMINA KABO DJARMAH

A propos de l'auteur

Avatar

La Redaction

Laisser un commentaire